VUILLEUMIER Sandrine

Comment vous est venue la vocation de l’égyptologie ?

 

Par hasard. La passion pour le texte, je l’ai eu très tôt. Pour l’égyptologie, cela s’est fait par rencontre et par hasard.

 

Quel est votre cursus ? Quel est votre parcours ?

 

Je suis arrivée à Genève pour aller faire mes études. Et je suis tombée sur le professeur Valloggia et il m’a dit : « Mademoiselle, si vous cherchez un mari vous feriez mieux d’aller en droit ». Je lui ai répondu que je venais pour l’égyptologie. Et j’ai fait mes études avec lui à Genève. Notamment, j’ai été son assistante pendant six ans. J’ai fouillé à Abou Rawash.
Puis, je me suis déplacée pour ma thèse à Londres, à Paris, à Berlin… Et là, je viens de terminer ma thèse. Nous verrons donc pour l’avenir.

 

Quelle est l’orientation actuelle de vos recherches ?

 

Tout ce qui est papyrus et concerne les textes tardifs.
J’ai trois manuscrits à publier.

Publié le 05/02/2012




BY ANKAA
Bienvenue sur le site de L'Association Dauphinoise d'Egyptologie Champollion (ADEC), association culturelle régie par la loi de 1901.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur (par exemple connaitre les articles les plus lues). En cliquant sur "j'accepte", vous autorisez à recevoir des cookies de ce site et vous nous permettez de rédiger du contenu susceptible de vous intéresser lors de vos prochaine visite.

Je refuse - J'ACCEPTE